Treezor.

Treezor, née en 2014, est une start-up innovante qui utilise la technologie pour repenser les services financiers et bancaires. Aujourd’hui l’entreprise a la chance de compter quelques clients prestigieux, mais trop peu. Elle doit redéfinir sa stratégie, notamment à travers son site, pour capter davantage de prospects.

Découvrir le site ↗

Start with why.

Il s’agissait tout d’abord de reformuler la demande de Treezor. Certes l’entreprise souhaite développer son marché mais la question se pose surtout sur la réponse qu’elle apporte aux problématiques de ses futurs clients.

Parlez-moi de Treezor.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Cédric, en charge du marketing chez Treezor. Il a su m’expliquer au travers d’un entretien libre quelle était la volonté de l’entreprise, sa valeur ajoutée et comment s’y prenaient t-ils pour capter leurs prospects. Il m’a notamment présenté les données Google Analytics.

Ces informations m’ont permis d’établir une expérience map et deux personae.

C’est là que j’ai pris conscience du problème ; un parcours utilisateur totalement déconstruit, ne répondant que très peu aux attentes.

Le premier persona, David, est un chef d’entreprise qui souhaite lancer son entreprise de banque en ligne à destination d’employés. Le second, Antoine, est un développeur freelance qui travaille pour David. Le site devra répondre à ces deux typologies : des informations sur les produits que nous proposons à destination de chefs d’entreprise et des indications sur l’intégration de notre API.

Idéation.

Voici comment cela s’est fait.

À partir des personaes et des informations que je récoltait au fur et à mesure de mes rencontres avec les parties prenantes, j’ai commencé à réfléchir au fond qu’allait prendre le nouveau site.

J’ai d’abord réalisé un benchmark pour mieux comprendre ce que proposait la concurrence et faire mieux. Ensuite, le brainstorming m’a permis de dégager des idées inédites qui permettront de proposer quelque chose de différent. Nous avons travaillé main dans la main avec Cédric sur le contenu du site. J’ai utilisé la méthode du tri de cartes pour définir l’architecture d’information du site.

Itération.

Des prototypes papier pour plus d’agilité.

J’ai réalisé de nombreux prototypes papier avant de passer sur Axure. Cela m’a permis de travailler les maquettes de manière agile, prêtes à être modifiées en cas de changement du contenu par exemple.

Une fois le prototype choisi, validé et intégré sur Axure, j’ai effectué des tests rapides en interne. Ces tests m’ont permis de détecter d’éventuels problèmes d’ergonomie.

Design émotionnel.

Après de nombreux retours sur la maquette fonctionnelle, j’ai fait une veille graphique dans le secteur de Treezor mais aussi une plus globale.

J’ai choisi un style professionnel qui offre un sentiment de confiance, nécessaire pour un site bancaire et financier. La succession d’écran clairs et foncés rythment élégamment un contenu technique.

Les images et certains titres sont animés avec inertie. Un effet de respiration sur les Call-to-action (clignotement à la vitesse de la respiration humaine au repos, soit 3000 millisecondes) donne un sentiment d’humanité aux pages.

 

Et maintenant.

Nous nous assurons régulièrement, grâce aux données de Google Analytics, que les visiteurs du site obtiennent les informations qu’ils souhaitent . Également que le parcours utilisateur, au delà du site, soit fluide et cohérent.

Découvrir le site ↗